News 20190831 Vaches

Les entreprises d’élevage voient un gros potentiel économique dans les vaches sans cornes. Image : Shutterstock

Les nouvelles méthodes de génie génétique ne sont pas aussi précises qu'on le prétend. Selon des enquêtes menées par des employés de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, les nouvelles méthodes de génie génétique génèrent des réarrangements du génome et des mutations qui sont souvent négligés par les compagnies de production d’animaux génétiquement modifiés. La FDA a évalué les analyses génomiques de bovins génétiquement modifiés pour ne plus développer de cornes. Ces animaux ont été développés et brevetés par la compagnie Recombinetics.

Depuis plusieurs années, cette compagnie a été saluée comme un exemple positif de l'utilisation des nouvelles méthodes de génie génétique. Toutefois, les vaches GM de Recombinetics sont porteuses de modifications génomiques imprévues considérables dues à l’utilisation des nouvelles techniques de génie génétique. Ces changements n’avaient jusqu'à présent pas été détectés par la compagnie.

Le génome des bovins a été modifié à l’aide des ciseaux moléculaires de type TALEN, une technique réputée plus précise que la technique CRISPR. Les investigations de la FDA montrent qu’un élément génétique d’une bactérie, utilisée comme aide auxiliaire lors de la procédure de transformation, s’est retrouvé dans le génome des animaux. Ces séquences d'ADN bactériennes confèrent une résistance aux antibiotiques. L’activité biologique de ces gènes bactériens dans les bovins et leurs effets sur la santé n'ont pas été étudiés.

Les employés de la FDA soulignent que ces erreurs, qui ont été causées par les nouveaux procédés de génie génétique, sont peu susceptibles d'être des cas isolés. Jusqu'à présent, la recherche de défauts génétiques chez les animaux génétiquement modifiés a souvent été effectuée à l'aide de méthodes trop ciblées pour limiter les coûts de production au maximum alors que des méthodes bien meilleures sont disponibles.

Ainsi les arguments selon lesqueles 1) les modifications non désirées seraient repéré durant le processus de sélection et 2) les modifications apportées sont identiques à celles des processus naturels sont ici clairement faux.

Une recherche de Testbiotech montre que la société Recombinetics a déjà déposé plus d'une douzaine de brevets sur le bétail génétiquement modifié. Les grands groupes d'élevage tels que Genus et Hendrix Genetics veulent gagner de l'argent grâce à la vente des animaux. Ils ont déjà conclu des accords correspondants avec Recombinetics et sa filiale Acceligen. Outre les bovins sans cornes, des porcs génétiquement castrés doivent être introduits sur le marché. Outre les questions de sécurité, des questions éthiques se posent également dans ce domaine, car les applications du génie génétique visent une hyper-industrialisation de la production animale avec sa cohorte considérable de problèmes dans le domaine du bien-être animal.

DOCUMENTS STOPOGM

  • StopOGM Infos 66
    Nouvelles techniques de modification génétique. Les mêmes promesses qu'il y a 20 ans
    Protéger les espèces à l'aide de manipulation génétiques ?

 

RAPPORT

Dialogue transatlantique des consommateurs, 2017

Commission d'éthique dans le domaine non humain :

Descriptions des techniques et risques

Prise de position de scientifiques

Expertises juridiques et régulation